Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Un Cahier de pivoines

 Maximine, née en 1952 dans le Jura, est professeur de lettres. Avant de publier le présent ouvrage, elle a d’abord conçu deux plaquettes de poèmes, puis des recueils de textes destinés aux enfants, enfin une traduction des Élégies de Duino de Rainer Maria Rilke. Cette dernière production, Un cahier de pivoines, constitue un unique poème en six parties, près de mille vers entièrement consacrés à la célébration de la pivoine.
 C’est là un moment d’intense plaisir que nous réserve sa lecture. Non pas par la forme mais par le sujet, l’esprit dans lequel il est conçu, ce « bouquet » fait penser à un poème oriental. Il sera source d’émotions bien sûr pour de nombreux amateurs de poésie mais plus particulièrement pour ceux qui, de nos jours, ne craindront pas de paraître s’abandonner à la désuétude en se laissant émouvoir par révocation d’un instant de trouble vécu au jardin un matin d’été et de lire : « Pivoines cœurs jaillis jetés / Dans le désordre de leur joie / Ce matin ils sont tous à moi / Tous à toi rouges dédiés // Boules de neige de ferveur / Brûlots de soie dans la tenture / Époustouflée de la verdure / Mots rouges la page en a peur... » 
 
Composé de vers parfois douloureux mais le plus souvent passionnés, ce poème qu’on lira sans s’interrompre, outre la richesse de son inspiration, a le mérite de s’affranchir de toute tendance par rapport à tel ou tel genre littéraire connu. Une bouffée d’air frais en somme, qu’il fait bon respirer, nous saisit alors que nous nous livrons à la lecture de ces pages.