Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Tristesse de fond

 Quelle chance que d’avoir ignoré jusqu’à maintenant la poésie de Kiki Dimoula (Athènes, 1931), pour connaître l’émotion d’en faire aujourd’hui la découverte éblouie ! Grâce à deux livres qui nous présentent trois recueils de la maturité : Le Peu de monde (1971) suivi de Je te salue Jamais (1988), chez Poésie/Gallimard et Mon dernier corps (1981), qui vient d’obtenir le Prix Européen de Littérature 2010, chez Arfuyen. Le tout, traduit avec brio par Michel Volkovitch. Ce qui signifie, évidemment — mais est-ce une évidence pour tout le monde ? — qu’on ne lit pas tout à fait Kiki Dimoula, mais sa voix dans la voix de son traducteur et que c’est donc de lui aussi bien que d’elle qu’on parlera ici, puisque les poèmes de ces deux livres sont des poèmes français, même si Mon dernier corps se présente en version bilingue accessible seulement à ceux — et ils sont de moins en moins nombreux de nos jours — qui peuvent déchiffrer l’alphabet hellénique. 
 Ce que Michel Volkovitch réussit apparemment à faire (puisque je suis de ceux qui ne lisent pas le grec), c’est à nous faire entendre un ton d’une singularité absolue dans la poésie d’aujourd’hui. Kiki Dimoula est un poète élégiaque, mais un poète élégiaque critique — qu’on lise, pour s’en convaincre, le premier poème de Le Peu de monde : « passée ». Cet oxymore signifie-t-il quelque chose ? Une élégie qui ne s’abandonne pas à l’effusion et rit discrètement et même ouvertement d’elle-même, cela signifie-t-il quelque chose ? Une voix vouée à la perte et à la disparition et qui, au lieu de pleurer, s’en amuse tristement, cela signifie-t-il quelque chose ? Oui, car ce refus de s’enchanter en chantant sa peine, donc de s’abandonner au charme du poème et à sa consolation, signifie, du coup, un désespoir redoublé. Dans leur lucidité souriante, les poèmes de Kiki Dimoula sont ravageurs :
 Ô toutes choses vaines ne pleurez pas.
 Vous êtes seules en ce monde à vivre éternellement.
(JTSJ, 201)

 Cette force de langage insinuante qui vous investit et ne vous lâche plus, repose sur un procédé qui semble être sa marque : une matérialisation de ces manifestations foncièrement immatérielles que sont, soit les grandes instances « métaphysiques » — la mort, le temps, la durée, la vie, la divinité, l’être, le néant... —, soit les mouvements mentaux ou affectifs — la raison, le désir, la douleur... — soit ces choses tout aussi impalpables même si elles peuvent être sensibles, que sont, par exemple, les phénomènes atmosphériques (le jour, la soirée, les nuages, la pluie, etc.). Chose qui pourrait sembler somme toute assez banal si cette personnification n’était de signe descendant. Autrement dit, si elle n’entraînait une métamorphose par le bas de toutes ces forces dont nous sommes faits, à travers un usage systématique d’expressions empruntées au registre le plus quotidien de l’existence. Toutes choses qui donnent à cette poésie ce ton inimitable qui est le sien. Que ce soit dans le registre de la personnification insolite (« C’est à toi, Soudain, que je m’adresse // À toi Soudain, nourri de rêve, / beau gosse d’une bravoure folle, / enfant bâtard de causes inconnues... » MDC, 23), dans celui de l’humour triste (« Le calme absolu en moi / met toujours ses pantoufles à tout hasard. / Des désirs logent à l’étage en dessous. » JTSJ, 143), de l’impertinence (« Un Christ affairé comptait / avec une passion d’avare / ses richesses : / clous et épines. » LPM, 35), ou, simplement, de l’image inattendue (« Novembre, à Delphes, est en restauration. » JTSJ, 160).
 Ce croisement du noble (les sentiments, la vie, la mort) et du trivial (qui rappellerait de très loin la banalisation des grands mythes grecs chez Yannis Ritsos), s’opère évidemment dans un constant travail de langage. Et c’est là qu’il faut saluer le traducteur dans son effort de recréation des inventions verbales (« terrestritude », « réancianniser », « l’Oublioir »), des jeux de mots (« si j’ai pour non Hélas ou Est lasse ») des expressions toutes faites perverties (« le corps a enfilé son âme de nuit » JTSJ, 148) et du travail sur les signifiants (« ce poème à moi / le seul poème / qui soit à moi / tout à moi. / Et se noie. » MDC, 39).
 Le sarcasme, la pirouette verbale, l’humour, ne sont pas absents de la poésie contemporaine. Mais rares sont les œuvres qui savent les associer à cette tristesse profonde qui est celle de Kiki Dimoula. Ou, plutôt, à cette tristesse de fond. La vie est passée avec « le camion des pleurs », la douleur a tout dévasté — l’être aimé a disparu, au moins dans Je te salue Jamais dont le titre est tout un programme. Ne reste que la poésie qui est pour Kiki Dimoula une manière d’être — de se tenir dans l’être — quand celui-ci fait eau de partout. Une manière de regarder le rien en face. Ne serait-ce que dans sa forme la moins dramatique et la plus quotidienne, celle de la photographie. À laquelle elle sait donner dans ses livres un statut privilégié puisque, présence de l’absence, elle est l’incarnation sur le papier de ce non-être qui ne cesse de la hanter et auquel ne cesse de répondre avec l’énergie du désespoir toute sa poésie :
 Ta photo s’est presqu’imposée.
 …............................................
 Jour après jour, elle me convainc que rien n’a changé,
 que tu as toujours été ainsi, être de papier.
 …...................................................................
 De temps à autre un vague coup de fusil
 témoignage en ta faveur la tristesse
 qu’elle se rende.
 Pour prouver qu’on a vécu le seul vrai témoin
 C’est notre absence.
(JTSJ, 197)