Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Souvenirs d’immensité

 Manuscrit retrouvé au fond d’une malle, jugé impropre à la consommation par son auteur. Mais malgré tout, un petit quelque chose, une émotion, un rythme... qui font que ce texte a bénéficié de ce que Marcel Moreau nomme « une rééducation motrice ».
 Et c’est ainsi que vingt ans plus tard, l’écriture exige un geste fort de son géniteur et fait dire au livre toute sa nécessité.
 L’auteur a vieilli, ses envies aussi, ses exigences ont changé et se sont renforcées. A l’ordre bien établi, il préfère le déraillement, mais pas n’importe comment, celui qui va le surprendre.
Les instantanés d’autrefois refont surface, pas toujours dans l’ordre. Voyage géographique qui devient voyage de la mémoire. Ex-URSS, Mongolie, Chine... des rêves qui se transforment, de ceux que l’on secoue pour les faire revivre ou que l’on condamne parce qu’on les sait perdus.
 L’écriture est poétique, sensuelle et langoureuse, ronde, belle et riche d’un vocabulaire envoûtant. Toute une magie déployée en lettres par Marcel Moreau. Hommage aux mots, aux lieux, aux sensations. On embarque avec le Transsibérien, chargé de craintes et d’incertitudes, d’espoirs également. La route promet d’être longue mais si belle !
 Un livre qui nous suit longtemps, un bijou finement ciselé... Merci à l’auteur.