Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Rivage mobile

 Sans attendre la section poésie de ce bulletin, je regroupe avec ces essais un volume de poésie de Michael Edwards, tout à fait intéressant en ce qui concerne la question infinie et disputée du passage de la poésie d’une langue à l’autre. Des poèmes ont été écrits en anglais ; en regard on peut lire ce que donne leur écriture – non leur traduction – en français ; parfois cette seconde création a rejailli sur la première.
 Il faut mettre à part un premier ensemble de poèmes très attachants écrits autour du départ d’une maison et d’un nouvel avenir ouvert ; cette section s’achève par deux beaux poèmes discrètement confessants : les images liminaires s’y multiplient pour suggérer l’Illimité qui attend.
 La seconde partie du livre, de beaucoup la plus longue, est faite de poèmes plus divers dans leur inspiration et leur prosodie, inévitablement inégaux en français, mais dont certains méritent à eux seuls une lente découverte du volume.