Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Requiem

 Roger Munier occupe une place de choix parmi les penseurs de notre époque. Il établit son campement spirituel au point de croisement de la poésie et de la philosophie. De là s’élèvera la pensée nouvelle et originale, qui permettra une saisie plus intense du monde. Qui permettra la saisie du monde. Témoin du siècle, de ses perspectives méditantes et réflectives, dégagé des théories trop théorisantes, Munier, entre silence et parole, trouve dans un élan de liberté de pensée, après avoir évacué toutes les idéologies dominantes et meurtrières, un chemin hors-chemin, un chemin effaçant et s’effaçant. Fragment après fragment, son œuvre se profile à l’horizon : hier discrète, aujourd’hui incontournable. – Nomade des espaces obliques, Roger Munier nous dévoile ce marcheur traversant d’un pas alerte, tantôt les espaces intérieurs, tantôt les espaces extérieurs, ne reprenant son souffle que,sur la ligne de partage.
 C’est sur cette ligne de partage qu’il situe son dernier livre : Requiem (Arfuyen). Chant de vie ou chant de mort. Peu importe. « Entre la rose et toi, il y a le vide de la rose et de toi ». La vie comme la mort, ne sont que des vues de l’esprit. La première comme la seconde nous interpellent avec la même vigueur ; ni l’une ni l’autre ne se pensent et ne se vivent sans l’autre, chacune étant tributaire de l’autre et indispensable à cette autre. La mort, pour ceux qui sont morts, n’existe plus, n’existe pas. La vie non plus. Quoi demeure ?