Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

René Schickele, le contemplatif

 En exhumant un texte publié en 1933, Maryse Staiber et Irène Kuhn mettent en lumière l’œuvre de René Schickele, figure de la littérature alsacienne. Un travail consacré par le Prix du Patrimoine Nathan Katz 2009.
 Depuis cinq ans, les Rencontres Européennes de Littérature s’affirment comme un événement clé de la vie littéraire en Alsace. Un rendez-vous qui met en perspective le patrimoine littéraire régional en le confrontant avec les œuvres des grands écrivains francophones et européens. 
 C’est dans ce cadre qu’est remis le Prix du Patrimoine Nathan Katz avec le concours des Éditions Arfuyen. Cette distinction permet de rendre accessible à un large public francophone la production littéraire d’un auteur. L’occasion aussi d’apprécier toute la richesse de notre patrimoine écrit qui s’exprime dans la diversité des genres littéraires mais aussi dans la variété des langues pratiquées de l’allemand sous toutes ses formes à l’alsacien dans toutes ses saveurs.
 L’édition 2009 du Prix Nathan Katz a primé le travail de traduction de deux universitaires strasbourgeoises – Maryse Staiber et Irène Kuhn – qui donne une nouvelle audience à une figure majeure des lettres en Alsace : René Schickele (1883-1940). « D’r René Schickele, isch e europäischer Geischt, der nàch d’r Katastroph vom 1. Weltkrieg dànk d’r Landschaft vùn Badenweiler – zwischa Rhin, Schwàrzwald un Vogese – neue Laweskràft, Hoffnung und Sinn findet. Sini Rolle àls Vermittler zwische d’r franzeesche un d’r ditsche Kultur erkennt Schickele symbolisch in d’r Offeheit vùn d’r Làndschaft, wo d’r Rhin nit àls Grenza sondern àls Brucke erschint. »
 Le travail de traduction met en lumière un aspect inédit de l’œuvre particulièrement vaste de René Schickele. Sous le titre Paysages du ciel – traduction de Himmlische Làndschaft – l’ouvrage restitue le regard contem-platif, nostalgique mais aussi ouvert sur l’avenir que Schickele porte sur son environnement. Son souci à déchiffrer les signes, sa proximité avec les petites choses, ce dialogue enjoué qu’il entretient avec les nuages qui se moquent des frontières.
 Un mélange de poésie et de sensibilité écologique chez cet homme, enfant d’Obernai, davantage connu pour son engagement politique et pacifiste. Soixante dix ans après la mort de René Schickele, l’hommage rendu par le Prix du Patrimoine Nathan Katz permet d’apprécier en toute objectivité la contribution essentielle de cet auteur à l’histoire de l’Alsace.
 L’OLCA et la Région Alsace sont partenaires du Prix du Patrimoine Nathan Katz.