Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Plus loin dans l’inachevé

 Chaque livre de Pierre Dhainaut est une événement et celui qui nous est donné de lire aujourd’hui, Plus loin dans l’inachevé, prix de littérature Jean Arp 2009, nous offre en première de couverture, une gouache datée de 1960, signée du poète qui possède décidément de multiples talents. Superbe entrée en matière soulignant, s’il en était besoin, les qualités esthétiques de celui qui reste un enchanteur :
 « L’écoute des mots dont a besoin l’écriture des poèmes, ou leur lecture, ne se confond pas avec celle d’autrui au jour le jour, les domaines — les ordres — ne sont pas analogues, mais avons-nous tout fait pour qu’ils ne soient pas étanches ? »
 L’œuvre remarquable de Pierre Dhainaut dont les livres se comptent par dizaines, est l’une des plus singulières et des plus charnelles qui soient. Elle rayonne d’une richesse dont le regard est pourvoyeur et le poète passeur. L’ensemble dans un théâtre d’ombre et de lumière, de lignes et de ferveurs. Avec quelques touches seyantes empruntées au surréalisme, Pierre Dhainaut pétrit la pâte chaude d’une existence où les mots accueillent les paysages, où tout le vivant exulte et resplendit :
  Toutes les saisons nous conviennent
 et toutes les heures,
 mais que ce soit ici

 Pierre Dhainaut poursuit cette route magique où chaque poème est une escale et chaque mot le miroir d’une émotion.