Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Petit traité de la vie intérieure

 François Libermann naît le 12 avril 1802 à Saverne. S’il est élevé dans la religion juive – son père est le rabbin de la ville –, il se voit fortement ébranlé par la conversion au catholicisme de son frère aîné. Il a à son tour une révélation et se destine alors à la prêtrise – un projet repoussé en raison de graves crises d’épilepsie.
 En 1841, il est ordonné prêtre au Grand séminaire de Strasbourg. Il s’engage alors dans la voie de l’Afrique, conseillant à ses missionnaires de former les autochtones au Dakar et au Gabon « comme ils le doivent être, non à la façon de l’Europe, laissez-leur ce qui leur est propre ; faites-vous à eux comme des serviteurs doivent se faire à leurs maîtres... ».
 Le Petit traité de la vie intérieure naît un peu avant cette période, il est la correspondance du père Libermann avec un jeune séminariste qui avait entrepris de lui « dévoiler toute son âme ».