Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Perles du Septentrion

 Commentant l’oeuvre de Haavikko avec une générosité toujours empreinte de clairvoyance, Carpelan est lui aussi un poète digne d’attention, ainsi que l’attestent les pages de Le jour cède. On goûtera d’autant mieux la poésie de Carpelan que l’écrivain l’assortit d’un commentaire théorique reflétant très précisément ses préoccupations esthétiques : "La poésie que je préfère est (...) une poésie clalre, précise, reflet de la vie humaine, de la vie quotidienne de l’homme et de ses visions, mais aussi image de la nature qui l’entoure et le reconstitue. Une poésie Individuelle et donc universelle, apparemment simple mais forte des bonheurs et des échecs de toute une vie."
 
La simplicité de Carpelan, c’est un réflexe d’ouverture commandé paradoxalement par un radicalisme à toute épreuve lequel transformant la vie en éternité et inversement, aboutit par la seule et fragile volonté du poète à ce que Klee appelait une "parabole de la création". Il est plaisant de retrouver dans les poèmes de Bo Carpelan cette tension lumineuse qui galvanise son art poétique.