Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Pensées du matin

 Connaissez-vous titre plus clair, aussi simple et rayonnant que Pensées du matin  ? A ce moment, la journée n’est pas encore entamée, si ce n’est par les mots que trace une main alerte, mue par une réflexion approfondie. Se lever tôt. Lire, méditer, écrire... C’est le secret de ce livre, de la démarche du pasteur Alfred Boegner, et qui peut devenir la devise du lecteur : « Un lever matinal est le secret de toute force spirituelle. » Oui, ce sont là de belles méditations, à partir du réel aussi bien que des lectures de la Bible, mais le penseur n’est jamais seul, il est avec Dieu et Jésus-Christ, à qui il ne cesse de se référer.
 Homme de foi, missionnaire, théologien, il nous livre de la sorte ses réflexions, notées de bon matin, et qui vont de 1873 à 1912, l’année de sa mort en chaire, à la fin d’une prédication. Nourri à l’Ancien et au Nouveau Testament, il n’oublie pas les contacts avec les hommes, ses frères, avec la nature, le défilé des saisons. A partir de l’hiver, deviner l’annonce du printemps : n’est-ce pas imaginer déjà « la vie éternelle » ?
 Celui qui fut durant trente ans directeur des Missions protestantes, voyageur empressé à travers l’Afrique, Madagascar ou Tahiti, père de neuf enfants, ne cesse en ces pages denses, limpides et prenantes, de s’interroger sur sa foi, l’enseignement de la Bible, la fraternité des hommes. Car il s’agit de « vivre dans la Bible, et vivre dans l’humanité » – où l’on pèse tout le poids de vérité que recèle par deux fois la petite préposition "dans"... Ainsi de tout ce texte, où chaque mot est flèche et cible dans un même élan.
 Lire ces Pensées du matin, c’est s’élever au-dessus des contingences du quotidien, oublier un instant nos tracas, pour aller à l’essentiel. Revenir à l’Evangile, nous dit l’auteur, c’est monter plus haut. "La lecture de la Bible, note-t-il, doit être avant tout morale." Qu’est-ce à dire ? Elle doit nous permettre d’"apprendre à aimer". C’est lui qui souligne ces deux mots. Y a-t-il plus beau message ?
 Né en 1851 à Strasbourg, Alfred Boegner fut un prédicateur estimé, un missionnaire efficace, un homme d’action autant que de méditation. Au fil de ces textes brefs - de trois lignes jusqu’à deux pages – le lecteur trouvera forte matière à réflexion, qui l’aidera aussi à faire son examen de conscience : prendre en mains son destin, tout en se rapprochant des autres... En voici quelques sentences : "Sans discipline, pas d’énergie." "La foi, source de l’amour qui fait seul vivre le cceur." "On ne sait plus voir son chemin, on perd le sens du devoir." Alors, n’oublions pas "que nous sommes plus forts en nous tenant aux armes spirituelles" !
 Il faut savoir gré à la collection des Carnets spirituels de nous offrir la réédition de ce beau livre, publié pour la première fois en 1914, et qui connut jusqu’à douze éditions avant 1940. On lui souhaite le même succès aujourd’hui.