Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Pensées du matin

 La belle figure du pasteur Alfred Boegner (1851-1912), qui fut sous-directeur, auprès d’Eugène Casalis, puis directeur de la Société des Missions évangéliques de Paris de 1879 à 1912, demeure bien vivante dans les mémoires protestantes. Après la biographie que Maurice Leenhardt lui avait consacrée dès 1939, la thèse de Jean-François Zorn (Le grand siècle d’une mission protestante. La Mission de Paris de 1822 à 1914, Paris, Karthala, 1993) a jeté un éclairage nouveau sur son action au sein de la Société des Missions au moment où celle-ci connaissait la plus grande extension de son histoire.
 On sait moins qu’Alfred Boegner était le beau-père du philosophe Gabriel Marcel. Ce dernier avait épousé en 1912 sa fille Jacqueline, rencontrée par l’intermédiaire de son fils Henri Boegner, agrégé de philosophie comme G. Marcel. Jacqueline et Henri devaient tous deux, au terme d’itinéraires différents, entrer dans l’Église catholique ainsi d’ailleurs qu’Anne, fille d’Henri et belle-fille de G. Marcel, qui préface aujourd’hui la réédition de ce petit livre d’une haute spiritualité.
 L’édition de référence est celle préparée à la veille de la grande guerre, pour l’éditeur Fischbacher, par Henri Boegner qui avait alors rédigé un avant-propos. Les Pensées du matin eurent un vif succès puisqu’elles connurent douze éditions en vingt ans. Elles tombèrent dans l’oubli par la suite jusqu’à ce que Michel Sales, éditeur de Gaston Fessard, d’Henri de Lubac et de Maurice Blondel, les redécouvre. Les éditeurs de ce joli petit volume ont choisi de remplacer la préface originale du pasteur Charles-Edouard Bahut, trop longue et quelque peu datée, par un texte publié le 26 février 1959 dans Le christianisme au XX’ siècle par le pasteur Émile Schloesing, qui fut lui aussi directeur de la Maison des missions évangé¬liques.
 Signalons au passage qu’Arfuyen, qui s’est spécialisé dans la publication de textes spirituels, a fait paraître en 2005 Malgré la nuit et le brouillard, un inédit du pasteur alsacien Charles Eugène Weiss (1922-1944) enrôlé de force dans l’armée allemande et qui mourut sur le front russe.