Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Menus propos

 L’écriture fut, pour Mgr Saliège (1870-1956), atteint dès 1932 d’un mal qui le privait de la parole, le moyen de faire connaître sa pensée non seulement par ses lettres pastorales et divers textes de circonstances, mais aussi, ce que l’on sait moins, par de courtes notes quotidiennes, souvent publiées anonymement dans la Semaine catholique de Toulouse.
 L’archevêque de Toulouse, qui fut vraiment l’honneur de l’Église de France dans les dramatiques circonstances de la seconde guerre mondiale, apparaît tout entier dans ces Menus propos que l’éditeur a eu la bonne idée de présenter dans leur ordre chronologique. On ne peut qu’être admiratif devant la lucidité et la pénétration du prélat qui, dès 1933, avait condamné l’antisémitisme hitlérien et montré le danger pour la civilisation de la montée des totalitarismes. Résistant dans le sens le plus noble du terme, ami de Robert Schuman dont il soutint l’action, le cardinal Saliège fut ce prélat humaniste qui écrivait en 1938 : « Prier, c’est donc agir. Agir non pas sur quelques unités, mais sur l’universalité des hommes. »
 On appréciera également la belle préface de Pierre Escudé, reprise en partie de sa communication au colloque de Toulouse (2006), qui situe l’homme et ses Propos, mettant en évidence leur constante actualité.