Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Mammifères

 Petit livre de la lucidité et de la liberté. Guillevic tisse une toile entre les chats, les vaches, les rats et nous less hommes. Un va-et-vient de questions et de réponses. Réponses de l’homme, évidemment. Réponses à hauteur d’homme, également. Jeu du miroir. Du miroir trafiqué. Livre inventaire, ou livre réducteur. Ou livre de l’introspection. Guillevic questionne, répond, nous apprivoise et nous séduit. Comme le chat, il ne nous heurte pas, il nous contourne ; il ne suspend pas notre souffle, il nous rend complices du sien. Il ne nous dépouille en rien, mais nous enrichit de secrets nouveaux. « Ruminer, / C’est le remède ? » marmonne la vache. Ou autre réponse à rappel des hommes. Ou premier pas vers la sagesse ?
  "Elle pourrait être reine / De ses pâturages. / C’est assez / D’être centre de gravité." Assurément la vache n’est pas si sage que l’on pourrait le croire. Tous les ruminants, à cornes ou non, régissent un monde aux dimensions de leur propre silence. A l’exception des rats peut-être, qui "ne fuient pass la saleté. Ils la régissent."
 Les bêtes seraient-elles plus sages que les hommes ? Ou plus dociles ? Peu importe, mais ne suivez ni les uns, ni les autres de trop près « L’affront / Se paie » (mot vache, ou de la vache). Faites plutôt comme les rats : grignotez le temps...