Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Madame Acarie

 Marie de l’Incarnation (la carmélite, non l’ursuline), Madame Acarie a joué un rôle très important dan, Ia venue en France du carmel thérésien : Bremond l’a dûment célébrée Les éditions Arfuyen nous proposent un petit ensemble d’écrits – les seuls dont nous disposions –, précédé d’une Présentation du contexte historique et des textes due à Bernard Sesé . Ce sont Les Vrais Exercices, publiés en 1622, quinze lettres et six courts texte tirés de vies de Marie de L’Incarnation.
 Les Exercices consistent en une série de petits chapitres d’élévations (sit venia verbo) adressées à Dieu, à Jésus, aux saints, de belle venue, sans rien de très original ni de très spécifiquement carmélitain. Parmi les Lettres, les trois premières sont relatives au voyage en Espagne des personnes chargées de ramener des carmélites en vue de la fondation. Madame Acarie, qui manitesta dès 1586 des états mystiques exceptionnels, recommande à ceux qui doivent choisir les soeurs de les prendre ayant de « vraies et solides vertus » plutôt qu’exultant « en quelque grâce et faveur de Dieu fort extraordinaire », et surtout manifestant une charité rayonnante : « Des cœurs cordiaux et pleins d’amour, des âmes grandement compatissantes aux besoins de leur prochain ».
 
Les douze autres lettres furent écrites au carmel d’Amiens où elle entra en 1613, une fois veuve. Celle qui est adressé à la marquise de Maignelay, pour lui suggérer de rester dans le monde plutôt que de se taire capucine, est superbe théologiquement et littérairement. Les Écrits courts sont pleins d’aveux de pauvreté, d’appels ardents, de cris d’amour.