Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Luc Boltanski

 Le présent volume réunit deux ensembles de textes. Les premiers, dans une forme versifiée, ont été écrits en 1989 et 1990 (parfois en plusieurs étapes) puis rassemblés, non dans l’ordre chronologique, mais selon un ordre correspondant aux préférences de l’auteur. Les textes de la deuxième partie en sont les commentaires et les notes est-il précisé dans une note en fin de volume où l’auteur nous donne à la fois connaissance de son tour de main et d’une série de lectures possibles des poèmes éclairés et complétés par des informations, des anecdotes, des balises biographiques, des références utiles à leur compréhension.
 Le thème des poèmes est annoncé dès le premier d’entre eux : L’herbe, qui parle de la Shoah, d’Auschwitz, du Carmel, du passage du temps qui annule toute vie. L’ensemble des autres textes, où foisonnent les références à l’Histoire comme à la vie personnelle de l’auteur et de ses proches développe et module en de multiples directions ces différents thèmes, en des poèmes fortement court-circuités, mais qui ne perdent pour autant jamais le fil de leur narration. Un souffle haché, dont témoignent par exemple les nombreux tirets émaillant les poèmes, une juxtaposition d’éléments référentiels qui ne prennent leur sens qu’en fonction des clés qu’en livrent, plus loin, les commentaires, tout cela concourt à une prise de distance autant qu’à une fusion avec la vie des personnages dont il est question dans ces textes. Personnages réels, personnages connus ou oubliés, personnages bibliques, proches et lointains eux aussi : la mort, le hasard, le temps, la distance une fois encore. Et ce n’est pas là la moindre magie de cette écriture que de nous restituer dans cet écart la réalité de ce qui fut.