Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Les Torrents mystiques

 Fille de riches bourgeois, Jeanne-Marie Bouvier de la Motte, épouse Guyon, perd son époux à vingt-huit ans et développe son attirance pour la spiritualité tout en restant en dehors des ordres. Le quiétisme découvert en Piémont, devient sa raison de vivre ; Jeanne Guyon ira le propager jusqu’à la Cour du Roi-Soleil, mettant ce faisant sa liberté en danger.
 Auteur de nombreux ouvrages sur la vie intérieure, dont les Torrents (écrits de jeunesse), elle est emprisonnée à Paris à deux reprises puis libérée chaque fois par Madame de Maintenon, épouse morganatique du roi et grande admiratrice de la mystique.
 La vie de Jeanne Guyon est digne d’un roman, mais les Écrits sur la vie intérieure, nouvelle publication de Gérard Pfister dans le cadre des Carnets spirituels se focalisent sur les textes de la maturité exaltant une indépendance de croyance fort mal vue au XVII° siècle.
 Dominique et Murielle Tronc décrivent en préface le combat de Jeanne Guyon femme originale, désireuse de croire et d’aimer Dieu en dehors du carcan des structures religieuses établies : « Admirée chez les protestants, elle ne fut réhabilitée qu’au siècle dernier au sein du catholicisme. Malgré une fidélité à son Église conservée jusqu’à sa mort, elle resta suspecte : il fallut attendre 1907 pourvoir authentifier sa correspondance de la direction de Fénélon ! »
 Un ostracisme qui fait sourire aujourd’hui, mais dont les enjeux ne sont pas familiers de notre époque. Car le danger était alors grand de se trouver en tête-à-tête avec Dieu, sans devoir en référer au dogme de l’Église institutionnelle. Le présent ouvrage parle d’une indépendance d’esprit « révolutionnaire », explorant en petites touches précises la relation privilégiée entre l’âme et Dieu.