Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Les Légendes de Maître Eckhart

 Les textes présentés dans Les Légendes de Maîre Eckhart ont été regroupés par Gérard Pfister à partir de différentes éditions de l’oeuvre d’Eckhart, notamment celle de Joseph Quint (Carl Hanser Verlag, Munich, 1963). Dans les premières années qui suivirent la mort, en 1328, de Johannes Eckhart de Hochheim, la légende semble s’être à ce point emparée de lui, qu’elle a été traditionnellement intégrée à son oeuvre sous forme de récits ou de dialogues. Présenté comme une sorte de saint ermite, le théologien rencontre successivement une jeune fille, un homme pauvre, un frère économe, un « Ami de Dieu », un enfant nu et on le voit souvent se mettre à leur école.
 Le lecteur trouvera dans ce petit ouvrage la quintessence de l’enseignement de cette grande figure de l’ordre dominicain, lui-même suspecté par l’Inquisition et dont vingt-huit propositions furent condamnées, en 1329, par une bulle du pape Jean XCII. Pauvreté de l’esprit (« ne rien connaître dans le temps ni dans l’éternité que Dieu lui-même »), dépossession (« dès lors que l’homme s’approprie ce que Dieu opère à travers lui, son oeuvre n’est plus dans la volonté de Dieu »), non-savoir (« ne clabaude pas sur Dieu... Il est au-dessus de ton entendement »), union à Dieu (« ici le fond de Dieu est mon fond et mon fond est le fond de Dieu »), gratuité (« l’amour est sans pourquoi ») : le lecteur l’aura compris, ces légendes n’ont rien à voir avec l’univers des contes de fées.