Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Les Dits de Maître Eckhart

 Les Légendes de Maître Eckhart, volume paru dans la belle collection « Les carnets spirituels », voici les propos et méditations du dominicain qui enseigna à Paris, Strasbourg et Cologne, et dont certaines idées furent condamnées en 1329 par une bulle papale, comme menaçant « le cœur des gens simples ». Mais l’Histoire ou la Providence en a décidé autrement, et désormais Maître Eckhart nourrit de nombreuses âmes en quête de profondeur et de dépouillement (cela va de pair).
 C’est pourquoi lesparoles contenues dans ce petit livre sontprécieuses : elles reprennent les grandsthèmes chers au dominicain, développés dans les Traités et les Sermons, mais ellesparaissent venir ici lors d’un entretienfamilier, d’uneconversation entre amis.Le prédicateur puissant semble se rapprocher de nous, il nous tire par la manche, il murmure à notre cœur des vérités essentielles.
 Certains dits ont un ton implacable qui réveille : « Toute souffrance n’est pas méritoire, mais seulement celle qui est produite par la volonté et par l’amour (...). La souffrance ne vaut rien sans la vertu. » Ou encore : « Celui qui veut devenir ce qu’il doit être, il lui faut laisser ce qu’il est à présent. » D’autres paroles font sourire : « Mieux vaudrait un seul maître à vivre que mille maîtres à penser. » Certains propos vibrent comme un poème : « L’âme n’est pour Dieu que caresse, et Dieu caresse pour l’âme. Et Dieu lui enseigne tout l’art... » Et telle phrase résonne en nous longuement : « La joie du Seigneur, c’est le Seigneur Lui-même... »
 On ne saurait assez remercier Gérard Pfister, fondateur et surtout animateur (au sens du souffle) des éditions Arfuyen, d’offrir aux contemporains ces textes mystiques de haute volée et de profond silence. Lui-même a traduit les Dits du moyen haut allemand, tandis que Marie-Anne Vannier signe la préface. 
 Quant à ce livre de Maître Eckhart qui ne cesse d’inviter au détachement, le paradoxe veut que tout lecteur attentif ne puisse s’en séparer, tant sa compagnie paraît indispensable.