Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Les Discours du discernement

L’excellente préface du père Festugière nous guide dans la compréhension de ce qui est la première grande œuvre de Maître Eckhart.

Rédigé alors que celui-ci était prieur du couvent dominicain d’Erfurt, de 1294 à 1298, ce discours est né des entretiens que frère Eckhart a menés avec ses fils. Aussi leurs questions et les réponses données sous forme de conseils intéressent-elles en premier lieu de futurs prêcheurs, les religieux et les religieuses. Mais elles sont également précieuses pour tout chrétien qui veut vivre de cette vérité que l’homme ne doit bâtir que sur Dieu seul (Rede XIX, Ps 126).

Suspectées d’ascétisme, ces instructions, si elles ne sont pas exemptes de ces rappels classiques gages d’une saine doctrine, dessinent de fait l’étincelant tracé de la mystique du maître thuringien. Pour exemple voici sa conclusion : "Qui a tout ce qu’il veut et souhaite a la joie. Mais cette joie nul ne la possè¬de que celui dont le vouloir est en union totale avec le vouloir dé Dieu. Que Dieu nous donne cette union." Un vrai trésor à méditer.