Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Les Dialogues de Maître Eckhart avec soeur Catherine de Strasbourg

 Ce petit ouvrage et le suivant appartiennent à la collection des Carnets spirituels élaborés en Alsace. Le directeur littéraire des éditions Arfuyen, Gérard Pfister, qui est aussi poète (cf. l’article dans ce numéro aux pages 266-275), les a traduits à partir du moyen haut allemand, tandis que Marie-Anne Vannier, qui publie sur Eckhart depuis 1994 au moins (cf. son article dans ce numéro aux pages 180-199), nous en livre une préface.
 En 1313, Maître Eckhart s’installe à Strasbourg, chargé de la direction spirituelle des moniales et de toutes les femmes pieuses que comptent les 85 béguinages de la ville (p. 136). « Après les Légendes et les Dits, les Dialogues avec soeur Catherine de Strasbourg constituent le troisième volet d’une série de traductions consacrées à des textes essentiels pour la connaissance de la figure et de la doctrine de Maître Eckhart, encore inédits ou inaccessibles en français » (p. 138).
 Il s’agit d’un ouvrage apocryphe d’auteur inconnu, intitulé So war Schwester Katrei. La dimension spéculative est beaucoup moins présente ici que dans les ouvrages d’Eckhart lui-même. Soeur Catherine s’adresse donc pour trouver Dieu à son confesseur, grand théologien de l’époque ; rapidement déçue, elle lui reproche de ne connaître ces mystères que par l’étude et non par expérience (p. 92) : elle lui tient tête et se met même à l’enseigner. Après trois jours de léthargie (sans les insistances contraires de son confesseur, on l’aurait enterrée, p. 93), elle revient à elle et dit : Ich bin Gott geworden, je suis devenue Dieu (p. 92).
 Ce sommeil étrange qui rappelle les trois jours du Christ au tombeau, traduit l’expérience très forte de divinisation que fait Soeur Katrei. Ces Dialogues sont rédigés dans une langue simple et directe, embellie d’audaces admirables en dépit de simplifications excessives (cf. p. 24). Maître Eckhart, en qui l’on peut reconnaître le confesseur, se découvre ici non seulement comme un Lesemeister mais aussi comme un Lebemeister.