Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Les Conseils de Maître Eckhart

Six siècles après, le grand théologien reste ce frère prêcheur instruisant ses enfants. Toutes les encyclopédies rassemblant les sagesses des diverses civilisations et religions deviennent inutiles et dérisoires lorsqu’une seule forte voix offre l’unique espace nécessaire pour la pensée et la méditation. II faut simplement se mettre à l’écoute. Haute figure du christianisme médiéval, à la fois héritier et précurseur, Maître Eckhart reste, après plus de six siècles, ce frère prêcheur instruisant « ses enfants qui lui posaient de nombreuses questions lorsqu’ils étaient assis ensemble pour la conversation du soir ». 

 Né vers 1260 en Thuringe, entré chez les dominicains, Eckhart exerça deux magistères à Paris, avant de devenir vicaire général de son ordre pour la province de Bohême. Sa charge le contraint à d’incessants déplacements. Ses prédications en allemand semblent connaître alors une audience et un retentissement considérables. A Paris dans les années 1311-1313, il participe aux grandes querelles théologiques qui agitent l’Université. De cette période ont été surtout conservés les sermons en latin. A Strasbourg dans les dix années suivantes, puis à Cologne, la pensée de Maître Eckhart est combattue.

En 1325-1326, deux listes de thèses suspectes émanant du théologien sont établies par les autorités ecclésiastiques. En 1327, l’année qui précède sa mort, l’accusé se rend à Avignon pour plaider sa cause auprès du pape jean XXII. Le 27 mars 1329, d’une manière posthume, une balle condamne comme « entachées d’hérésie » 17 propositions du dominicain. Cela n’empêcha pas Maître Eckhart de devenir le principal représentant de tout un courant spirituel auquel on donna le nom de mystique rhéno-flamande. Les inquisiteurs voulaient arrêter la progression de cette pensée téméraire « dans le coeur des gens simples ».

Les nombreux récits qui ont circulé après la mort du théologien, comme ces Légendes traduites par Gérard Pfister, démontrent que ce but ne fut pas atteint. (...)

Les éditions Arfuyen annoncent pour le début de février Les Dits de Maître Eckhart, traduits par G. Pfister et présentés par Marie-Anne Vannier.