• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Le Séjour

Après Le Vol du loriot, poèmes publiés en 2005 chez le même éditeur, Jacques Goorma nous révèle un autre aspect de sa recherche, sous le titre le plus simple qui soit, Le Séjour.

 Dès les premières pages de ces proses serrées, taillées au cordeau, apparaît le leitmotiv du regard : la vue, la vision, l’exploration de l’espace aussi bien que de la pensée. Le mot « séjour » est, déjà, « la lumière silencieuse de la conscience ». Et d’autres mots-clés entament leurs chemins de ronde : l’œil, bien sûr, la beauté, le silence, la rivière, le souterrain, etc.<

Pour le poète, l’interrogation poursuit sa course, de texte en texte, où le mot « conscience » prend le relais du « réel », de « la rivière » ou du « secret » – sans perdre de vue les directions ou les pistes offertes par « le séjour ».

C’est donc d’une sorte d’examen qu’il s’agit, livre de bord de questions qui n’ont pas de fin, portant l’interrogation jusqu’à l’extrême. À la recherche du « vrai lieu », comme l’énonce Jean Cayrol, ou bien en quête d’une définition enfin satisfaisante, comme l’expérimente Léon-Paul Fargue dans sa Suite familière  : le regard sur le réel, le travail du poème, notre course ici-bas, nos utopies et nos doutes, etc.

À interroger de la sorte aussi bien les mots, qui s’imposent, que le silence ou la conscience, le poète pousse plus avant son enquête – de trouvailles en découvertes, de questionnement en sentences : « De l’oracle tombent les aurores proverbiales », quand « Écrire est une torche pour éclairer la nuit ».  

« On ne peut dissocier l’espace et le temps. Ils sont inséparables. » Comment résister à ce drame et en venir à bout ? Le séjour interrogé ici sans répit rappelle qu’il importe à chacun « d’aller vers tout ce qu’on ne dit pas », que l’écriture nous ouvre la voie jusqu’à ce don de certaine vérité : « Le silence est le séjour des mots. Le séjour est le silence du monde . » Jusqu’à faire nôtre cette image éclairante : « Et le ciel comme l’amour est sans frontières. »