Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Catherine CHALIER

Le Rabbi de Kotzk (1787-1859)

Un hassidisme tragique

SORTIE EN LIBRAIRIE LE 15 FÉVRIER 2018

Collection « Les Carnets spirituels »
n°99 , 136 pages, ISBN 9782845902633

15 €

Du XVIIIe jusqu’au début du XXe siècle, le hassidisme est l’un des courants les plus marquants de la philosophie juive, dont l’influence a été essentielle.

Après Les Lettres de la création (2006), les Éditions Arfuyen ont commencé de travailler avec l’éminente spécialiste qu’est Catherine Chalier à une suite d’ouvrages consacrée aux grandes figures du hassidisme. Car si l’on pense, depuis les livres de Martin Buber et d’Élie Wiesel, bien connaître les auteurs hassidiques, on n’en a en réalité qu’une vue générale et déformante, très marquée par le pittoresque et le folklore.

Grâce à la présentation et à la traduction de l’hébreu de nombreux textes inédits, la série consacrée au hassidisme dans la collection « Les Carnets spirituels » permet d’entrer au cœur de l’œuvre de ses plus grands penseurs. Deux ouvrages ont paru à ce jour : Kalonymus Shapiro, rabbin au Ghetto de Varsovie (2011) et Aux sources du hassidisme, le Maggid de Mezeritch (2014).

Le troisième ouvrage de cette série est consacré à une figure majeure du hassidisme, le rabbi de Kotzk. Après une riche introduction à sa pensée, Catherine Chalier donne ici la traduction d’importants extraits de ses deux grands ouvrages : le Livre de la colonne de la vérité (Sefer Amud haEmet) et le Livre de la vérité et de la confiance (Sefer Emet veEmouna).

Comment vivre l’amour de Dieu de façon absolument désintéressée et dans une lucidité qui éclaire tous les replis cachés de soi ? Pour le rabbi de Kotzk, l’homme doit avancer « un pied dans le ciel, un pied sur la terre » en se sachant « entouré par l’abîme ».

Sa pensée forte et exigeante s’exprime dans de nombreux aphorismes brillants et pessimistes, tels que celui-ci : « Pour sauver Sodome, il fallait dix justes ; pour renverser le monde et tout ce qui s’y trouve, il suffit d’un seul idiot. »