Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Le poème de Maître Eckhart

 Attentives aux expressions poétiques étrangères – du Japon à l’Italie ou aux pays arabes – les éditions Arfuyen ont également inscrit ces dernières années à leur catalogue quelques-uns des grands noms de la spiritualité chrétienne, tels que Bérulle, Tauler ou Silesius.
 Après un choix de textes de maître Eckhart Sur l’humilité, cette maison qui a ses attaches en Alsace, publie le seul poème connu du grand mystique rhénan (1260¬1328). La poésie n’était pas, comme pour d’autres auteurs de l’histoire du mysticisme, un mode d’expression habituel du vieux maître médiéval ; ce Granum sinapis (le grain de sénevé), probablement une oeuvre de jeunesse, n’en est que plus émouvant.
 Les huit périodes du poème sont moins un condensé de la doctrine de mettre Eckhart que la description d’un cheminement spirituel qui mène de l’engendrement du Verbe divin à l’abandon de l’âme « en Dieu qui est non-être ». « Dieu, qui est sans nom, est inexprimable et l’Ame dans son fond est aussi inexprimable qu’il est inexprimable », affirmait Eckhart dans l’un de ses sermons allemande. Alain de Libera, qui traduit et présente le Granum sinapis, a fait suivre cette oeuvre de la traduction d’un commentaire latin anonyme qui explique le sens et la portée du poème.