Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Le poème de Maître Eckhart

 Le seul connu du grand mystique rhénan, un petit poème spirituel de huit strophes composé en ancien allemand, « un chant qui n’en appelle pas d’autres et se clôt sur cela même dont il procède », ainsi que l’écrit Alain de Libera, son traducteur et présentateur, tel est le texte, un des sommets de la poésie médiévale, que nous propose la dernière livraison d’Arfuyen.
 Nulle intention érudite chez Gérard Pfister, son directeur d’origine alsacienne qui nous offre régulièrement les témoignages de la tradition spirituelle autant que poétique fécondée par le Rhin (Tauler, Eckhart, Silesius, mais aussi Roger Munier, Yvan Goll, Hans Arp, Nathan Katz). Mais le souci, plutôt, de donner à entendre ce qu’une expérience des plus intérieures peut avoir à nous dire, lorsqu’elle s’exprime dans l’âpreté d’une langue restée vivante et par l’évidence du poème :
 Ô mon âme
 Sors ! Dieu, rentre ! 
 Sombre tout mon être 
 en Dieu qui est non être, 
 sombre en ce fleuve sans fond !

 Chef-d’oeuvre de poésie érudite, certes, où s’exprime une doctrine, celle de la théologie dionysienne, aliment d’un long commentaire latin ici reproduit. Mais où une âme, surtout, abandonnant la langue des clercs, entre soudain dans la nuit du savoir pour offrir à son Dieu (et à nous) la nudité de son chant.