Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Le Petit livre de la vie intérieure

Ce petit livre permet au lecteur de découvrir une figure originale et peu connue, celle du 2e fondateur de la Congrégation du Saint-Esprit.

Le parcours de Françoix Libermann (1802-1852) est en effet peu banal : Juif alsacien, fils d’un Rabbin qui entendait faire de lui son successeur, il découvre à 20 ans la langue et la culture françaises, il se convertit au christianisme, est baptisé en 1826 et entre au séminaire l’année suivante. Pour des raisons de santé, cependant, il doit abandonner, et ne sera ordonné prêtre qu’en 1841, ayant, entre temps fondé une œuvre missionnaire ; celle-ci est dissoute en 1848 pour fusionner avec la Congrégation du Saint-Esprit dont il est élu supérieur général.

Son zèle éclairé pour la mission avait fait de lui une autorité, et c’est ainsi qu’Eugène Dupont, alors séminariste, est entré en correspondance avec lui et, jusqu’à sa mort, il est resté son directeur spirituel dans une relation d’amitié confiante. Le court Traité décrit en 13 points les dangers à éviter, les obstacles à surmonter, comme les moyens pour progresser. Et le choix des Lettres retenues révèle toute la douceur et la fermeté de celui dont son correspondant dit : « Lui seul m’aimait assez pour avoir pitié de moi et espérer toujours... »