• Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Jean TAULER

Le Livre des Amis de Dieu

ou Les Institutions divines

Traduit de l’édition latine de Laurent Surius
par Edmond Pierre-Noël
et présenté par Rémy Vallejo

Collection Ombre
n°7, ISBN 978-2-845-90156-8

18,5 €

Disciple direct de Maître Eckhart mais aussi lui-même inspirateur du banquier Rulman Merswin, Jean Tauler se situe à la charnière de deux mouvements majeurs : la mystique rhéno-flamande et le mouvement des Amis de Dieu. Si la mystique rhéno-flamande – illustrée par les noms de Maître Eckhart (1260-1328), Henri Suso (1295-1366), Jean de Ruysbroeck (1293-1381) et Tauler lui-même – est aujourd’hui de mieux en mieux connue, le mouvement des Amis de Dieu – illustré par les œuvres de Rulman Merswin (1307-1382), de l’Ami de Dieu de l’Oberland (XIV° s.) et par les Institutiones réunies et publiées par Surius (1523-1578) – reste aujourd’hui presque entièrement à découvrir.

Il s’agit d’un mouvement de laïcs, très critique par rapport à la société de son temps, animé d’une profonde méfiance vis-à-vis des clercs et prônant une vie intégralement évangélique. Ces caractéristiques en feront l’inspirateur direct de la Réforme. Malgré des travaux précurseurs, comme le livre de Bernard Gorceix, Amis de Dieu dans l’Allemagne du XIV° siècle (1984), aucun texte du mouvement des Amis de Dieu n’est aujourd’hui accessible en français.

L’œuvre complète de Tauler en latin est éditée à Cologne en 1548. Laurent Surius, moine à la Chartreuse de Cologne, travaille sur la base de l’édition allemande réalisée en 1543 par le jésuite saint Pierre Canisius. Y figurent en bonne place les Institutiones divinae ou Enseignements divins de l’Illuminé Docteur Jean Tauler. Parmi ces textes, certains sont explicitement attribués à Maître Eckhart et Henri Suso, mais aussi à Eckhart le Jeune, Henri de Louvain et d’autres auteurs rhénans. Bien plus que l’ouvrage d’un seul auteur les Institutiones sont ainsi d’emblée présentées, sous l’autorité incontestable de Tauler comme un véritable « Livre des Amis de Dieu ».

Plusieurs fois éditées en latin, mais aussi traduites en français, en italien et en espagnol, ces « Institutions » deviennent une source d’inspiration majeure pour Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, pour Angelus Silesius et la mystique germanique, mais aussi pour Pierre de Bérulle et l’École française de spiritualité. Elles représentent, bien plus que les Sermons, l’élément essentiel de l’essor et de l’influence de la mystique rhénane dans toute l’Europe. C’est grâce à aux « Institutions » que l’influence de l’œuvre d’Eckhart, pratiquement mise à l’index, pourra ainsi survivre et rayonner.

Le texte ici présenté reprend la traduction intégrale du texte latin des Institutiones par le Père E.-P. Noël, dominicain. Le titre traditionnel de l’ouvrage en français, les « Institutions » a changé de sens dans notre langue et ne renvoie plus au sans du mot latin Institutiones, c’est-à-dire : les « enseignements », les « doctrines ». D’où l’option prise d’un sur-titre.