Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Le Livre des Amis de Dieu ou Les Institutions divines

 Ces trois ouvrages permettent au public francophone de découvrir le mouvement peu connu des Amis de Dieu, dont Rulman Merswin (1307-1382) est l’un des fondateurs, tandis que l’énigmatique « Ami » en est l’inspirateur. 
 Bien que Jean Tauler ait signé les Institutions, il n’en est pas l’unique auteur, d’où le sur-titre ; le terme « Amis de Dieu » désigne, des laïques désireux de vivre selon l’Evangile qui appartiennent à un courant proche de Maître Eckhart, de Ruysbroeck et d’autres maîtres anonymes.
 Cet ouvrage, « un élément essentiel de l’essor et de l’influence de la mystique rhénane », a inspiré aussi bien Angélus Silesius que Thérèse d’Avila et Jean de la Croix ou encore Pierre de Bérulle. Les chapitres 13 à 21 sont constitués d’extraits du Discours du discernement de Maître Eckhart qui remarque : « Les Amis de Dieu ne manquent jamais de consolation, puisque leur suprême bonheur est d’accepter tout ce que Dieu fait en eux ou avec eux, que ce soit joyeux ou triste. »
 En fait nous avons ici un ensemble de textes mystiques d’origines diverses, recueillis et organisés plus tard à la chartreuse de Cologne. Vivant à une époque de grands troubles, Rulman Merswin, riche banquier de Strasbourg, se convertit à l’âge de 40 ans et fonda en 1366 une communauté pour des laïques où il mena jusqu’à sa mort une vie humble et cachée.
 Le Livre des neuf rochers
contient des récits de vision, dont celle d’une montagne « avec neuf très hauts rochers posés les uns sur les autres jusqu’au sommet » sur lesquels cheminent des chrétiens.
 Dans Le Livre des cinq hommes (1377), l’Ami, dont l’identité reste si mystérieuse qu’on a été jusqu’à mettre en doute son existence, brosse les portraits hauts en couleur des ermites qui l’on rejoint dans sa communauté de l’Oberland, ainsi que de leur cuisinier et de leur messager.