Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Le corps parle

 « Toute parole est risque et errance », écrit Alain Suied dans ce petit livre de réflexions. Le poète en se mettant à l’écoute du corps, des générations oubliées, de ce qui est fondateur, des générations à venir également, tente de surprendre l’autre, d’inventer avec cet autre une pensée. Convivialité, confraternité, et recherche de ces « alliés substantiels ». – Le corps, le corps non défini, sa part de silence, sa part regardée et regardante, ce qui en ce corps est fruit de la nuit et de l’hélium : ce corps, justement, nous tient au monde. Ce corps : matière et manque. Ce corps qui questionne et qui répond.
 Réflexions et pensées, notes et annotations. Une approche du regard qui nous regarde en regardant vers et qui dicte l’urgence de faire passer la Poésie du stade du Moi au stade du Réel  :
« Il faut se tenir prêt toujours à accueillir le premier regard, la transparence du vivant, la surprise devant la contradiction universelle qui va, de l’électron à tout le vivant, de la mort à la vie, de la vie à la vie. »
 Alain Suied nous surprendra, il est l’à-venir de notre poésie. Gardons-lui toute notre attention. Mettons-nous à l’écoute de celui qui écrit « le cantique et le quantique ».