Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

La Splendeur du soi

 Texte d’advaïta composé par l’auteur en langue tamoul, se traduit Swarupam Saram en sanskrit. Sorupananda est un gouru et saint éminent qui vécu à Virai, probablement vers la fin du XVI° siècle. Il est associé à Tattvarayar, érudit et fils de sa soeur. Ils connaissaient tous les sastra (poétique sanscrite – textes sacrés). Mais ils réalisèrent que cette connaissance limitée ne pouvait les libérer des attachements de ce monde et décidèrent de rechercher un guru, convenant de ce que le premier d’entre eux qui l’aurait trouvé deviendrait le guru de l’autre. C’est ainsi que Sorupananda devint le guru de Tattvarayar qui, le temps venu, rédigea à la satisfaction de son guru un poème qui fera partie de Mohavatai Bharani (composition poétique tamoule).
 Sorupananda n’écrivit qu’un poème, Sorupa Saram (traduction du tamoul : l’essence de sa propre vraie nature) qui fut recommandé par Ramana Maharshi parmi six ouvrages jugés primordiaux. Le chapitre 9 nous indiquant que la nature du soi est de resplendir, l’ouvrage a reçu le titre de La Splendeur du Soi. Si les versets sont de Sorupananda, les questions, réponses et commentaires intercalés furent ajoutés par un commentateur anonyme et, depuis, associés au texte et considérés comme en faisant partie intégrante. Une note en fin de volume nous indique que c’est à David Godman, auteur de nombreux ouvrages sur Ramana Maharshi et sur l’enseignement non duel de l’Advaïta Vedanta, que l’on doit la traduction anglaise.
 Le lecteur appréciera le glossaire vu l’usage récurent de terme sanskrit tout au long de l’ouvrage. Ce sont donc quelque cent deux « chapitres-textes » qui sont rassemblés pour former ce petit livre de philosophie poétique d’une extrême richesse spirituelle.