Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

La Splendeur du Soi

 Sorupananda vécut probablement vers la fin du XVI° siècle, près de la ville de Virai. Petite œuvre de l’Advaïta (non-dualité), ce livre était très bien considéré par Ramana Maharshi qui en conseilla la lecture à Annamalai Swami, parmi une liste de six ouvrages indispensables. En partie composé de questions/réponses et de sentences vivantes, le texte s’égrène, comme les perles d’un collier, en 102 petits chapitres. Suivant l’approche typique de l’Advaïta Vedanta, l’auteur témoigne de la conscience pure, éternellement présente à travers le monde des sens et des apparences.
 La question fondamentale du « Qui suis-je ? », chère à Ramana Maharshi, est inscrite dans les lignes de cet ouvrage. La voie directe est ici de rigueur et renvoie, parfois sans ménagement, chacun des chercheurs ou pratiquant religieux à ce qu’il est réellement : le Soi ; qu’ils soient dévots, exerçant le yoga, suivant une sadhana, s’astreignant à divers rituels ou à diverses observances. Dans l’esprit de la non-dualité, le jnani (l’homme de connaissance) qui a réalisé le Soi, resplendit « en tant que tout et différent de tout ».