Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Le Manuel du Pèlerin

 La fin du Moyen Âge a vu une floraison d’écrits spirituels consacrés au pèlerinage à la fois dans sa dimension pérégrinante et dans sa dimension spirituelle.
 Rappelons que, dès le XIV° siècle, Guillaume de Digulleville, avec son Roman des trois pèlerinages, montrait comment le fidèle prend la suite du Christ. Gerson devait reprendre la même idée dans son Testament du Pèlerin. Le texte de Geiler, fidèle disciple de Gerson, s’inscrit dans cette lignée et est issu de la prédication qu’il donna, à partir du 1er mars 1500, sur un thème qui était d’autant plus d’actualité qu’il s’inscrivait dans une année jubilaire.
 Une partie des sermons de Geiler furent publiés en un volume dès 1508, mais ce n’est qu’en 1513 que l’ensemble fut édité, constituant l’une des œuvres majeures du prédicateur strasbourgeois. On retrouvera dans ces pages, grâce à l’excellente traduction qu’en donne le chanoine Robbe, toute la verve et même l’humour de Geiler qui met ses qualités au service de ce qu’il considère comme l’essence même de la démarche pénitentielle du pèlerinage : la conversion des cœurs.