Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

L’œuvre de Gérard Pfister

 Poète dit du spirituel, de la foi, de l’espoir, dans le but de chanter le mystère de la vie et de l’amour, Gérard Pfister a le sens de la justesse, du mot placé à l’endroit exact où il aura tout à dire. Adepte de la sobriété, l’auteur aime explorer et suggérer ; il apprécie également les questionnements intérieurs qui aident à jalonner notre chemin d’existence au milieu de ce monde compliqué.
 Ce recueil est à son image : curieux et introspectif. Un beau parcours poétique qui permet au lecteur de prendre la mesure de toute la subtilité de la plume de Gérard Pfister. J’aime particulièrement sa manière de faire parler les silences et d’exprimer les non-dits en quelques mots, sans s’encombrer d’effets inutiles.
 Un volume publié dans la collection "Poètes trop effacés" des éditions Le Nouvel Athanor, une série de monographies poétiques d’auteurs moins médiatisés que d’autres. Jean-Luc Maxence propose un portrait de Gérard Pfister en début de volume, suivi d’une bibliographie de l’auteur et enfin d’une anthologie, compilation certes subjective mais joliment composée de textes poétiques de G. Pfister. Un bon moyen de nous imprégner de son œuvre.
  « Les choses sont toujours à naître, les mots / toujours à venir, rien n’est jamais fixé / sous le regard du cœur, un monde se déploie / sans espoir, sans trêve, nos mains sont vides / et fécondes comme des fleurs, qui sèmera / nos peurs, qui récoltera nos enfances / Un silence brûlant habite nos corps / la brume se lève et tout à coup révèle / l’extase d’une plaine »