Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

L’ami anonyme

 Redécouvert tout récemment par une aide ménagère tout en haut d’un rayonnage, le Gebetbuch de Guebwiller fut longtemps la propriété de la famille Munsch. Dépoussiérés puis traduits de l’allemand par l’infatigable quêteur de sens qu’est Gérard Pfister, ces Entretiens familiers avec Dieu sont de délicieux aphorismes sur Dieu, la condition humaine. le discernement ou le vrai et le bien. En dépit de recherches poussées par des historiens de la vallée de Guebwiller, il n’a pas été possible de découvrir l’identité de cet homme simple qui nous veut du bien.
 En préface, soeur Suzanne Eck devine à travers ses écrits cet ami anonyme ayant
(vécu au XVIII° siècle : il était marié, avait des enfants, menait une vie rangée et se plaisait à écrire des petits textes à la gloire du Seigneur. Des réflexions toujours d’actualité dans notre monde en mal de repères parsèment l’ouvrage : « Le propre de la vie n spirituelle et de la vie morale est de vouloir le bien, celui de la vie sociale est de le faire ». La fraîcheur du propos de l’inconnu n’est pas ici synonyme de naïveté mais d’une conscience aiguë de sa destinée car « L’amour dans la connaissance ; voilà le vrai. L’amour dans l’action, voilà le bon ».
 Enfin, soeur Suzanne résume admirablement la vocation du présent recueil : « Qu’il serait bon d’emprunter un peu de cette sagesse pour notre époque si craintive, si pessimiste, qui a oublié la radieuse espérance chrétienne, capable de voir la lumière au-delà même de l’horreur du "goulag" et de la "shoah"  ! »