Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Jean-Claude Walter, entre ombre et lumière

[…] Il a 70 ans et retombe en enfance inlassablement. « Écrire, c’est vivre sa vie à l’envers », résume Jean-Claude Walter en quatrième de couverture de Carnets du jour et de la nuit, son dernier ouvrage, publié au début de l’automne.

« En fait, j’aurais dû dire "Écrire, c’est vivre sa vie deux fois". Ou cent fois : c’est faire des allers et retours entre le présent et le passé, précise-t-il. Camus disait que ce qui fait l’écrivain, ce sont trois ou quatre images qui l’ont marqué très jeune et auxquelles il revient sans arrêt. »

[…] À l’instar du précédent Chemins de ronde (2004), ces Carnets du jour et de la nuit, recueil de poèmes en prose écrits avec frénésie ces cinq dernières années au sortir de gros problèmes de santé, permettent à l’écrivain haguenovien de sauter d’un thème à un autre, de livrer une collection d’instantanés – impressions, sentiments, visions ou éclats de voix – naviguant de la mélancolie à l’humour, de l’ironie à la méditation. Du jour à la nuit, de l’ombre d’un rendez-vous inéluctable avec la mort à la lumière des souvenirs d’enfance, des émois d’adolescent et des premières amours.

Les lieux connus, à Haguenau ou Strasbourg notamment, prennent un vernis nouveau, les souvenirs de l’auteur deviennent étrangement familiers. En passant la réalité au tamis de ses rêveries, Jean-Claude Walter, « écrivain d’instinct », dépasse l’anecdote pour toucher à l’universel, toucher le lecteur au coeur. Sa vie devient la vie, ses joies et ses peines celles de tout un chacun. Et son style virtuose, sa langue exigeante et imagée, ses mots qu’il choisit en orfèvre instillent l’émotion, les émotions plutôt, de toutes les nuances existantes.

C’est ce qui fait de lui, malgré sa discrétion et sa modestie, l’un des écrivains français importants de son temps. Ses textes sont traduits en allemand, anglais ou italien, et il figure dans l’Histoire de la poésie française de Robert Sabatier, qui résume son œuvre ainsi : « Ce poète a une sorte de grâce innée, d’élégance naturelle, quelque chose de séduisant et de pur. »