Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Jakob Van Hoddis : « Fin du monde », lu par B. Umbrecht (Le Saute-Rhin)

« Au bourgeois échappe de son crâne aigu le chapeau, / L’atmosphère bruit comme d’un cri. / Les couvreurs choient des toits et se brisent, / Et sur les côtes – à ce qu’on lit – grimpe le flot. » Ces quelques lignes qui décoiffent – n’est ce pas le cas de le dire ? – forment la première strophe du poème de Jakob van Hoddis « Fin du monde ». Lorsqu’il paraît en 1911 dans la revue « Der Demokrat » dirigé par Franz Pfemfert, il est aussitôt remarqué dans les milieux littéraires berlinois et son auteur consacré. Et il étonne aujourd’hui encore par son caractère explosif. Il n’est question que de cri, chute, orage, dislocation, côtes brisées, mers en fureur. La traduction d’Aragon en souligne la dynamique. Aragon était fier d’avoir été le premier à traduire ce texte de van Hoddis : « Figurez-vous que j’ai été le seul à traduire quelques poèmes de lui, en 1919 » déclare-t-il à Alain Bosquet. […]

« Weltende » / « Fin du monde » est à la fois le titre du poème déjà évoqué et celui d’un recueil poétique. L’ensemble symbolise la poésie expressionniste allemande qui n’a pas d’équivalent en France. […] L’atmosphère est plombée en ce début du XXe siècle. Nombre de poèmes évoquent le « silence de Dieu » (Trakl), la fin, l’apocalypse : « Ma tombe n’est pas une pyramide, / Ma tombe est un volcan ! » (Theodor Däubler). Lionel Richard a intitulé ce chapitre de son anthologie d’expressionnistes allemands (La Découverte-Maspéro 1984) d’où sont tiré ces exemples : « D’un monde menaçant et menacé » (1900-1914) […]

Jakob van Hoddis (de son vrai nom Hans Davidsohn, dont van Hoddis est l’anagramme) est né le 16 mai 1887 à Berlin et mort probablement gazé au camp d’extermination de Sobibor en 1942. Sa vie a connu un destin tragique. Atteint de troubles psychiatriques, il ira d’asile psychiatrique en famille d’accueil et finira abandonné de tous ceux qui l’avaient aidés obligés eux-mêmes de fuir l’Allemagne nazie.

J’avais croisé le nom de van Hoddis au cours d’un travail précédent, cette année, celui évoquant le monstre Ernst Wagner et son psychiatre Robert Gaupp. Lorsque les associations de handicapés avaient obtenu de la municipalité de Tübingen, en 1992, que l’on débaptise l’escalier menant à clinique psychiatrique, dans la vieille ville, du nom du psychiatre Robert Gaupp, celui-ci avait été remplacé par Jakob von Hoddis. Gaupp a été dès 1910 l’un des dirigeants de la « Société pour l’hygiène raciale ». Il a surtout pris une part active à la préparation intellectuelle de la loi sur la stérilisation des malades mentaux « pour limiter la reproduction d’individus héréditairement tarés et pour éviter ainsi un mélange de races nuisible ». Jakob van Hoddis était patient à la clinique psychiatrique de Tübingen du temps où Gaupp y exerçait. […]

Mis à part ce complément, je n’ai rien de personnel à ajouter à l’histoire de Jakob van Hoddis qui ne serait la reprise du dossier biographique et bibliographique qui accompagne le livre évoqué. J’en reprends l’extrait ci-dessous qui résume la tragédie de la vie d’un grand poète : « Hoddis ne tombera pas sur les champs de bataille. Mais la maladie mentale le gardera prisonnier pendant près de trente ans. Comme Hölderlin chez le menuisier Zimmer, Hoddis partagera à Tübingen la vie de l’aubergiste Julius Dieterle. Diagnostiqué schizophrène en 1927, il ne quittera plus les institutions psychiatriques.

« En janvier 1933, Hitler accède à la chancellerie. Contrainte par sa situation matérielle, la mère du poète part pour la Palestine et le confie à un établissement de soins israélite, près de Coblence. En juillet 1939, Hitler décide d’incorporer les malades mentaux adultes au programme d’élimination déjà mis en oeuvre pour les enfants handicapés. Près de 250 000 malades mentaux et handicapés seront assassinés.

« Le 30 avril 1942, l’ensemble des malades et personnels de l’hôpital de Bendorf-Sayn sont déportés et gazés, semble-t-il, au camp de Sobibor. Ainsi Hoddis aura vu le désastre s’accomplir jusqu’au bout : l’hécatombe de la Grande Guerre, la déportation de masse des juifs, la persécution de "l’art dégénéré", l’extermination des êtres "qui ne valent pas de vivre". Quatre fois coupable : poète, pacifiste, juif, schizophrène. » […]

[L’article de Bernard Umbrecht dont nous reproduisons ici des extraits a été publié sur le site « Le Saute-Rhin » le 10 novembre 2013.]