Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Introduction au large

 Il aspire à une expression qui interroge autant qu’elle célèbre, qui révèle un pays, un pays d’accueil dans la durée commune. Cet extrait de la note biographique nous situe le poète de l’accueil et du recueillement, celui de l’offrande, de l’offrande invisible. Les poèmes du présent recueil nous ouvrent les portes de la connivence, de celles d’un poète passager, souriant à "l’approche (qui) allège". D’un poète à l’écoute de l’écho, du pays d’accueil de "l’espace perfectible".
 Rester à l’écoute, ne jamais désigner, ni celui qui parle (si d’ailleurs quelqu’un parle), ni un quelconque rivage. Ne désigneraucun rivage, par peur de donner un sens au chemin, par peur de déranger : Pierre Dhainaut « joue » la carte du souffle, celle de la lumière et de la confiance ; les trois en un, unis en une seule voie qui attisera la sienne, la nôtre jusqu’à ce que l’aube y rencontre son visage.
 Qui est Pierre Dhainaut en ce livre, tout en rigueur, en exigence, en lucidité. Lucidité venue de cette lumière, que lui seul, le poète Dhainaut, sait encore « dénicher » parmi les cailloux, les herbes et les feuilles, tout en en prenant soin.
 Un dernier poème écrit dans la ferveur, adressé à Nathan D., fait recommencer le poème, la vie : une introduction au large, à l’ouvert, à l’avenir.
 ... ce n’est pas pour chercher une aide
 s’il se tourne vers nous. Chaque pas infaillible, 
 nous ne pouvons aller qu’en son sillage, 
 nous cesserons de douter du silence, de la 
 voix offerte où nos ombres s’allègent.