Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Introduction au alrge

 Bien que différente de ton et de climat, l’oeuvre poétique transparente et solide à la fois comme le diamant de Pierre Dhainaut rejoint celle d’André Schmitz au coeur de l’essentiel, en ce sens que la poésie y est avant tout une Question et naît, dans un lyrisme à la fois serré et secret, à la plus haute évidence.
 Ici encore, c’est toujours de confiance qu’on ouvre un des recueils de ce poète du Nord et de la Mer, puisque, loin de tout prétexte extérieur, la poésie est là, à la fois rayonnante et discrète, avec une voix qui n’appartient qu’à un seul homme ; celui qui, un jour, a effleuré sa propre con¬science, en est revenu ébloui et essaie, par les mots, de retrouver cet instant d’extase où s’est rempli durant un moment privilégié et hélas évanoui le programme rilkéen de "penser le monde".
 Sifflement des ailes
 au départ d’un toit
 ou bien dans la falaice 
 écho des lames,

 et dessous et toujours 
 cette houle du cœur

 en eux, rappellent-ils,
 le secret se féconde, 
 la mort ne les recouvre pas
 Ce monde, il est là, à notre disposition, dans une forme qui propose sans jamais imposer- dans une démarche poétique essentiellement de partage et de dialogue, sans ce terrorisme de la parole qui rend certains poètes, même bons, insupportables et qui, peut être est une des manières les plus sournoises d’introduire le pouvoir et ce qu’on appelait naguère "le capitalisme" dans la parole libre.(...)