Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Henri Le Saux , un moine chrétien à l’écoute des Upanishads

 Tout le monde connaît l’histoire de ce moine initialement de l’Abbaye de Kergonan, parti en Inde pour tenter un rapprochement avec les courants spirituels de l’Hindouisme. Dom Gozier aborde là, le rapport de Le Saux avec l’enseignement des Upanishads.
 Le volume se subdivise en cinq parties : deux concernent Henri le Saux pour resituer son histoire personnelle et ces centres d’intérêt. Une autre pour parler des Upanishads si méconnues en Occident et supplantées en Orient par la voie de la dévotion (bakti), une troisième sur les Upanishads elles-mêmes et enfin une quatrième avec quelques passages puisés dans cet immense trésor accompagnés d’un bref commentaire de l’auteur. Quelques pages traitent de l’expérience propre d’Henri le Saux concernant les Upanishads en des circonstances bien précises.
 La conviction du Père André Gozier qu’il y a là une expérience de toute première importance pour le devenir de la foi chrétienne en Asie et pour l’approfondissement de l’expérience spirituelle apparaît à toutes les pages. Chaque lecteur trouvera ici le moyen de juger ce qu’il en est et d’en tirer profit.