Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Grands témoins par temps de crise

 Grands témoins par temps de crise, le poète français Pierre Dhainaut, la poétesse grecque Kiki Dimoula et l’Alsacien René Schickelé sont les lauréats 2010 de l’Association capitale européenne des littératures. La remise des prix, lors des 5° rencontres européennes de littérature, s’affirme comme la consécration d’une évidence : où, mieux qu’à Strasbourg, faire découvrir en ces temps de récession un paysage littéraire européen d’une telle vitalité et pourtant si méconnu ?
 La Grèce est à l’honneur, à travers la consécration de sa poétesse la plus populaire : Kiki Dimoula (qui travailla dans le secteur bancaire) est lauréate du Prix européen de littérature, décerné par l’Association capitale européenne des littératures, pour l’ensemble de son œuvre en prose et en poésie (douze recueils depuis 1952).
 À l’occasion de la remise du prix, deux ouvrages traduits par Michel Volkovitch (dont le travail consacré à la littérature grecque moderne est récompensé par la Bourse de traduction 2010 du Prix européen de littérature) paraissent chez Poésie Gallimard et aux éditions Arfuyen. Auteur notamment du Verbier (éditions Maurice Nadeau, 2000), Michel Volkovitch anime les Pages d’écriture mensuelles (www. volkovitch.com).
 Lors de son discours de réception prononcé le 13 mars dernier au Palais du Rhin, Kiki Dimoula (elle-même veuve d’un poète) propose sa définition de la poésie : « Tu marches dans un désert. Tu entends un oiseau chanter. Même si tu as du mal à croire à cet oiseau suspendu dans le désert, tu es obligé de lui préparer un arbre. Voilà ce que c’est, la poésie. »