Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Grandeur de Dieu

 Voici la troisième édition de Grandeur de Dieu, traductions de poèmes de Gerald Manley Hopkins par Jean Mambrino. Cette édition a été conçue afin d’offrir conjointement avec le volume de Pierre Leyris l’ensemble des « poèmes majeurs » de Hopkins. II est vrai que l’un et l’autre traducteur nous ont donné des versions proprement admirables.
 Qu’y a-t-il de nouveau dans l’édition actuelle par rapport aux deux précédentes ? D’une part six poèmes ajoutés (« La perte de l’Eurydice », « Le généreux cœur », « Ribbesdale », « Le soldat », « Harry au Brabant », « Justus quidem tu es, Domine »). Sont donc présents quatre sur sept des « Sonnets terribles de la fin », trois autres ayant été donnés par Leyris. D’autre part, « Le faucon », traduit par celui-ci mais proposé de nouveau « pour tenter de l’améliorer encore ». Le poème dédié à la terre, « Ribbesdale », est aussi magnifique que prophétique des déprédations humaines sans doute déjà à l’œuvre mais tellement aggravées, depuis lors. Les notes du traducteur se retrouvent ici, mais le beau texte de Kathleen Raine, « Hopkins. Nature et nature humaine », qui n’est pas sans rapport avec le problème que je viens d’évoquer, n’a pas été repris de l’édition de 1980.