Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Françoise Ascal

 Françoise Ascal a été initiée à la calligraphie arabe par Ghani Alani. Initiation et non apprentissage, dévoilement et dépassement de soi et non le désir de trouver une nouvelle expression plastique.
 Du chemin emprunté elle rapporte comme le témoignage poétique d’une recherche intérieure, la conduisant à l’humble parole : je ne serai jamais calligraphe. Cette aventure intellectuelle (aventure spirituelle, serait plus juste ?) la pose en apprentie, face au maître, face à la matière et face à son propre geste ; seule avec son outil compagnon, le calame. Il s’agit pour elle de conjuguer les trois éléments, de tracer la lettre, qui la découvrira tout en l’effaçant
 Naissance.
 Par le ventre du calame
 par la fente délicate de son bec
 Lèvres qui s’entrouvent
 charnelles
 d’où fuse
 un sang d’encre.

 Au terme de son geste naît un calligramme de lumière, nouant ciel et sens, calligramme absent du livre, laissant au maître le soin de conclure, provisoirement
 Le calame
 est un arbre
 qui se multiplie
 à l’infini
 Le calame
 est un arbre
 dont le fruit,
 est la pensée