Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Etty Hillesum, histoire de la fille qui ne savait pas s’agenouiller

 Quel merveilleux ouvrage que celui-ci. Que je conseille vivement à tous ceux que Une vie bouleversée a émus.
 Liliane Hillesum, dernière parente de Etty, nous parle de sa famille, de ces années difficiles, nous présente le personnage de Etty et sa formidable générosité.
 Une introduction touchante, sensible, qui amène joliment les huit prières extraites du journal de Etty et analysées par D. Sterckx avec beaucoup de justesse et d’empathie. Tous ces messages que Etty Hillesum a échangés avec Dieu, ces conversations, ce don de soi si magnifique...
 La vision de la responsabilité de Dieu peut surprendre, Etty lui pardonne, elle veut le consoler, elle sait qu’il ne peut pas tout assumer ni changer les choses, il doit se sentir mal, voire malheureux, face aux agissements barbares de sa création. Un Dieu dédouané ? Non, pas forcément, car Etty Hillesum se montre en même temps exigeante. Elle accepte de l’aider mais lui demande tout de même (voire elle exige par moments) de lui accorder la force suffisante et nécessaire pour le faire. Donnant donnant. Ce rapport de force créant l’égalité offre un recul particulièrement important à Etty pour affronter les horreurs qui l’entourent et j’aime beaucoup cette approche quasi laïque du rapport avec Dieu. Dieu qui devient humain et n’est plus considéré comme un surhomme, au contraire.
 Il y a aussi énormément de dignité dans ces prières écrites par Etty qui sait que l’issue sera fatale et s’en trouve renforcée, par tout l’amour qu’elle va encore pouvoir donner avant l’ultime départ. Quel respect elle inspire...!
 Des repères biographiques et historiques, dont un bel hommage de Charles Juliet, complètent cette riche analyse.
 Au final, une plongée, une de plus, dans l’univers grandiose de Etty Hillesum, un être extraordinaire qui fait du bien, tellement de bien.