• Littérature
  • Spiritualité
  • Alsace

Biographie Bibliographie Liens Revue de Presse Petite Anthologie

Michael EDWARDS

(1938)

 Michael Edwards est né en 1938 près de Londres. Après des études à Cambridge, il a enseigné dans plusieurs universités. Depuis 2001, Michael Edwards est titulaire de la Chaire européenne, Collège de France. Installé en France, il partage sa vie entre Paris et la Bourgogne.
 Michael est l’auteur de nombreux livres sur la création littéraire et artistique. Traducteur, il a donné en anglais une grande part de l’œuvre d’Yves Bonnefoy.
 Parmi les ouvrages qu’il a écrits en français, on citera : Beckett ou le don des langues, Espaces 34, 1998 ; Leçons de poésie, Presses Universitaires de France, 2001 ; Sur un vers d’Hamlet, leçon inaugurale de la Chaire européenne, Collège de France, 2001 ; Un Monde même et autre, Desclée de Brouwer, 2002 ; Shakespeare et la comédie de l’émerveillement, Desclée de Brouwer, 2003.

OUVRAGES PUBLIÉS AUX ÉDITIONS ARFUYEN

Rivage mobile

Rivage mobile

Rivage mobile

Rivage mobile

Rivage mobile

PETITE ANTHOLOGIE

Rivage mobile

Grimace

Ne crains-tu que vienne aussi l’autre autre,
Qui s’insinue dans le sombre œsophage,
Seigneur d’une parole plus vieille que mémoire
Cachée dans la caverne fourrée de la bouche,
Savant à déjouer tes meilleurs desseins,
À l’affût pour envahir d’une voix désireuse
Et faire résonner dans l’air d’été
Le chœur irrésistible des arbres,
Le chant du cygne des bois ?


Les animaux

Les animaux trouvent leur chemin dans la nuit
du non-savoir.
Les ailes au vent, le museau dans les feuilles du sous-bois,
Ils héritent la terre.
Leur âme est dans leurs sens : ils passent dans la nôtre.
Les élans défoncent les vitrines des magasins d’Ottawa.
Les taupes font frémir les murs en papier au Japon.
Les vaches blanches de Stoneleigh s’assemblent
sur la colline au tournant de la route
Pour offrir aux automobilistes la vision fugace d’un Cuyp.

Paisibles, le pied sûr, ils sont plus proches du divin.
Arbres qui tremblent d’effroi. Pierres qui s’ouvrent
À la douleur de l’affection.
Patients, ils attendent, dans nos bois, dans nos jungles,
Dans les lueurs changeantes de nos couleurs, de nos mots,
Ce qu’ils n’ont pas encore vu, les vrais hommes.