Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

« Dieu est très simple »

 Ce grand saint est surtout connu pour être le fondateur des Lazaristes et des Filles de la charité, mais qui connaît les écrits qu’il a laissés, lui dont les œuvres complètes, éditées chez Gabalda en 1923, ne comportent pas moins de 15 volumes ? Ce nouveau « carnet spirituel », en nous faisant entrer dans l’intimité des Entretiens, nous permet de découvrir le directeur d’âmes. 
 Les textes ici présentés, chacun pourvu de sa référence et d’un titre, sont extraits des volumes XI et XII qui sont consacrés aux Entretiens aux Missionnaires, aussi connus comme « la Conférence des mardis, composée de Messieurs les ecclésiastiques externes ». 
 Jean-Pierre Renouard développe dans son introduction l’importance de la simplicité pour st Vincent de Paul qui disait : « La simplicité, je l’appelle mon évangile. » Le ton oral, presque familier, contribue à la clarté de l’exposé, tant il est vrai que : « Les prédicateurs qui prêchent conformément aux lumières de la foi opèrent plus dans les âmes que ceux qui remplissent leurs discours de raisonnements humains... »
 Les sujets abordés ont trait à l’oraison, la charité, l’esprit de compassion, la mortification, et encore la sensualité (qui « se fourre partout ») ou le bon usage des maladies... Certains entretiens sont en dialogue, ou tout au moins traitent d’un cas ou d’une difficulté précise qui donnent lieu, plutôt qu’à une réponse, à des conseils pleins de bon sens spirituel. La « petite Compagnie de la Mission », ainsi qu’il l’appelle avec attendrissement, était ainsi encouragée à aimer Dieu comme « des ouvriers qui travaillent » à partager aux hommes la nourriture puisée dans la lecture et la solitude.