Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

De la vie au delà des sens

 La publication des écrits de Böhme est posthume, à l’exception de Der Weg zu Christo (Le chemin vers le Christ), écrit en 1622, qui fut publié en 1624, peu avant sa mort. Gérard Pfister en donne une traduction partielle, celle de la troisième partie, Vom übersinnlichen Leben (De la vie au delà des sens).
 Il resitue, lui aussi, Böhme dans le courant de la mystique rhénane, rappelant qu’il fut, pour Angelus Silesius, un maître de vérité, mais, au contraire de F. van Ingen, il ne précise pas les autres courants qui contribuèrent à former la théosophie böhmienne ; il est vrai que, plus encore que l’Aurora et le De signatura rerum, Vom übersinnlichen Leben est avant tout un guide de vie spirituelle où s’exprime la quête amoureuse et douloureuse de ce fond de l’âme qui est aussi celui de Dieu. Comme l’écrivait Louis Claude de Saint-Martin à propos de ce livre : « [...] il s’occupe bien plus de nourrir la piété de l’ame [sic], que d’exposer les principes d’instruction qui sont censés connus par la lecture des ouvrages antérieurs »
 Ces textes, témoins de la théosophie naissante, montrent combien il était alors difficile de faire le départ entre spéculations théosophiques et spéculations mystiques, du fait de leurs interpénétrations et de leurs influences mutuelles.