Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Ishikawa TAKUBOKU

Ceux que l’on oublie difficilement

précédé de Fumées

Sortie en librairie le 9 novembre 2016
Traduit du japonais par Alain Gouvret, Pascal Hervieu,
Yasuko Kudaka et Gérard Pfister
BILINGUE JAPONAIS-FRANÇAIS

Collection « Les Cahiers d'Arfuyen »
n° 37, 96 pages, ISBN 978-2-845-90259-6

14 €

De Takuboku les Éditions Arfuyen ont fait paraître en novembre 2016 une édition bilingue du recueil Le Jouet triste, publié en 1912 par son ami Toki Aika deux mois après sa mort. « La poésie est mon jouet triste », notait le jeune homme, enlevé par la tuberculose à l’âge de 26 ans. Car la poésie, écrivait-il, est un « journal du mental ». L’Amour de moi (2003) est également disponible en bilingue aux Éditions Arfuyen.

Parus en 1979 et 1989 chez Arfuyen, Ceux que l’on oublie difficilement (déjà trois fois réédité) et Fumées sont ici repris en un seul volume. Dans ces deux textes issus de son premier ouvrage Ichiaku no suna (Une poignée de sable, 1910), le ton inimitable de Takuboku est déjà là : en contrepoint de la contemplation de la beauté déchirante de la nature, un regard incroyablement lucide sur la misère sociale et la faiblesse humaine du monde qui l’entoure.

« Mon existence, écrit-il, a été sacrifiée à l’ordre familial, au système de classes, au capitalisme et à la commercialisation du savoir qui actuellement nous gouvernent. » Le titre du présent recueil est on ne plus juste : oui, ces textes-là sont de ceux que « l’on oublie difficilement », pour leur parfaite simplicité en même temps que leur force d’émotion incomparable.

Mort à 26 ans, auteur d’une œuvre aussi brève que bouleversante, Takuboku est considéré comme le Rimbaud japonais. Poète de la jeunesse et de la révolte, il possède une tonalité unique dans la poésie japonaise qui, dans la tradition du haïku, se concentre surtout sur la contemplation d’une nature. Devenu au Japon un véritable mythe, c’est ainsi qu’il est le personnage principal d’un célèbre manga de Jiro Taniguchi et que l’on a donné son nom à un astéroïde découvert en 1988, « 4672 TAKUBOKU ».