Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Balbuciendo

 Dans l’essai sur Giacometti et les poètes, Michèle Finck, dans la perspective de la poétique du son, qui lui est propre, montre à quel point, en ce qui concerne l’œuvre d’art, le principe cistercien : « Si tu veux voir, écoute », énoncé comme sous-titre de cette étude fouillée, donne à la perception artistique un profondeur de révélation inégalée. « Cette formule de Saint Bernard, parce qu’elle met en tension le "voir" et "l’écouter", permet de porter le "voir " à un maximum d’intensité et de poser autrement la question des rapports entre le poème et les arts visuels » (p. 13). Ce point de départ, affirmé dans l’Introduction, aboutit à cette conclusion : « Il y a en effet une acoustique des arts visuels dont Giacometti peut être reconnu comme un parangon remarquable. Son œuvre excède le visible au profit de l’invisible audible. Si la poésie est particulièrement apte à capter cette face sonore et silencieuse consubstantiel aux arts visuels, c’est parce qu’elle repose elle-même fondamentalement sur l’écoute de l’émancipation du son et du silence dans la parole » (p. 240). Et l’on aboutit, à la fin de la « coda », à une conception du poème et de l’œuvre d’art comme appréhension d’une « nouvelle dimension de l’existence » qui se définit, par l’intermédiaire de ces vers de Rimbaud : « Là tu te dégages / Et voles selon », comme liberté.
 L’ouvrage se compose de trois mouvements, à la façon d’un concerto : « Celan et Giacometti. lecture du poème ‘Les dames de Venise’ (1968) » ; « Dupin et Giacometti. lecture de Textes pour une approche (1963), La Réalité impossible (1978), Une écriture sans fin (1990), et Alberto Giacometti. Éclats d’un portrait (2007) » ; « Bonnefoy et Giacometti. lecture de L’Objet invisible dans ‘L’Etranger de Giacometti’ (1967), Alberto Giacometti. Biographie d’une œuvre (1991) et Remarques sur le regard (2002) ». […]
 Balbuciendo se compose également de trois mouvements : « Sur la lame de l’adieu », « Triptyques pour le père mort » et « Scansion du noir ». Comme le dit Claude Vigée dans la lettre qu’il adressa à Michèle Finck à propos de ce recueil poétique en 2010, les choses ici sont dites « dans leur brutalité, leur tendre violence ». « Poème : crier / Seule pieds nus sur / La lame de l’adieu » (p. 18).
 Les poèmes alternent avec des proses poétiques. « L’amour et l’échec de l’amour s’arc-boutent » et luttent. Les mots, crus, directs, articulent la menace, la séparation pour atteindre peut-être à la présence : « Poème : / Fil de funambule tendu entre pierre tombale / Et perce-neige » (p. 72). Michèle Finck s’est-elle ici souvenue du titre que Claude Vigée donna à ses poèmes de jeunesse, « Perce-neige » ? Une question survient, en allemand : « Aber Vater / Die Freude / Wo ? » (p. 44) (Mais Père / La joie / Où ?). Le poème offre un recours, sans pourtant amender la cruauté de l’existence, qui surgit en des mots qui dénudent le poète jusqu’au sacrifice, dans l’intimité ‒ on assiste à une sorte de démembrement, toute la personne soudain dépouillée de ses défenses : « Croquis d’agonie sur les draps crevassés / Par l’insomnie. Feu dans les meurtrières du crâne » (p. 66). On songe au premier vers du recueil : « La mémoire fond lentement dans la bouche. » (p. 9) en lisant ces mots, dans « Soif » : « J’ai mangé ma mémoire » (p. 66). On dirait que l’auteur de ces vers en appelle à un commencement, qui serait un sevrage du passé, conçu comme nourriture plus qu’indigeste ‒ suffocante ‒, mais ne laissant qu’un vide en partage. « Les souvenirs tremblent à la commissure du vagin. / Le soleil se couche toujours seul. / Il vomit des bouches mortes » (p. 66)
 Le cri rappelle à la nudité première. « Le doux ventre blanc de la pie apaise. » (p. 66) Le cri témoigne d’une impuissance originelle : « Le corps s’éboule. » « Poème : don qui porte secours.
Mais laisse la soif et la brûlure ».
(p. 66) L’évanescence des mots et du poème, à côté de cette réalité criarde et criante d’un être voué à la séparation, et au « Soliloque », paraît offrir une sorte de trêve, en contraste avec ces « Orages de sons » qui « Crèvent dans la tête ». « Maintenant je peins / Les cicatrices de l’invisible en noir. / Ce peu de buées de sons qui tremble / Sur la page déchirée me suffit » (p. 67). Toutefois, ce qui surgit est, malgré tout, comme le dirait Claude Vigée, un surgissement de vie, accordé à une poétique du son : « Maintenant sèves d’oreilles / Savent. » (p. 67).