Arfuyen sur Twitter
  • Littérature
  • Spiritualité
  • Sciences humaines

Arfuyen

 Arfuyen, c’est le nom d’une montagne du côté du Mont Ventoux qui a vu naître il y a quelque 35/40 ans la maison d’édition du même nom d’abord sous la forme d’une revue, ensuite de Cahiers aux couleurs vives. Elle s’enrichira de la collection ivoire des Carnets spirituels et enfin de l’élégante collection Neige qui accueille depuis 2006 le Prix européen de littérature. Et ce fut d’abord Antonio Gamoneda (Espagne) et sa Clarté sans repos, puis Bo Carpelan (Finlande) et son Dehors, enfin cette année Tadeusz Rosewicz (Pologne) et son Regio.
 Anne et Gérard Pfister, leurs fondateurs choisissent de publier par delà les genres poèmes, prose poétique, récit – pas de fiction ni de critique littéraire – des écritures travaillées, aiguisées, toujours en prise avec l’expérience, ce qui suppose vie et intensité. Des livres ami(e)s – Je rajoute ce « e » car les femmes sont nombreuses au catalogue ! – des livres qui poignent et nous empoignent pour survivre dans ces sombres temps ; des livres qui ne se contentent pas de parler de quelque chose mais qui font quelque chose par des paroles selon la belle définition que René Daumal, dont nous fêtons le centenaire de la naissance, donnait de la poésie.
 Cette définition du fondateur du Grand jeu, je l’emprunte au livre La poésie, c’est autre chose, publié sous la direction de Gérard Pfister (collection Les Cahiers d’Arfüyen, 15 €). Elle constitue une des 1001 définitions de la poésie recensées dans cet ouvrage – la meilleure bien sûr étant la mille deuxième toujours à venir ! – c’est ce vacillement que nous donne à lire Gérard Pfister. On feuillettera ce livre comme on tournerait un cristal. 8 facettes, 8 approches définitionnelles Affirmation, Connaissance, Émotion, Licorne, Musique, Objet, Révélation, Vie. Le tout réunissant quelques 650 citations de quelque 250 auteurs d’époques, deqangages et de sensibilités très diverses. C’est un sacré service que Gérard Pfister rend à la poésie contemporaine tant il est vrai que ce livre aide à nous la faire comprendre et aimer. Les passionnés sont toujours passionnants : Gérard Pfister est de ceux-là !
 Ce n’est pas sans émotion qu’on lira dans les pages 198 à 200 dans la septième facette, celle de R comme Révélation, les mots d’Alain Suied – ses principaux livres de poésie ont été publiés aux Éditions Arfuyen – qui, cet été, s’est dérobé à nos yeux de ce côté-ci du monde.