Éditions Arfuyen

Littérature, Spiritualité, Sciences humaines, Alsace

Accueil > Actualités > Louis Lavelle : « Chemins de sagesse » (Éditions Hermann Philosophie)

Louis Lavelle : « Chemins de sagesse » (Éditions Hermann Philosophie)

 « L’homme, écrit Louis Lavelle, a pu penser pendant très longtemps que tous les matins le facteur pouvait lui apporter une lettre qui le délivrerait de la médiocrité de sa vie, de toutes les servitudes qui l’accablent, et lui donnerait enfin cette vie nouvelle, inconnue, inattendue et dans laquelle la joie éprouvée ne ferait plus qu’un avec l’exercice même de ses puissances jusqu’ici ensevelies et ignorées. La sagesse commence lorsque cette attente cesse ou lorsqu’on dit que le facteur c’est la Mort » (Chemins de sagesse, p. 126). C’est comme but et accomplissement de sa philosophie que Louis Lavelle concevait la sagesse. La mort prématurée du philosophe en 1951 l’a cependant empêché de rédiger son De la Sagesse, quatrième et dernier volume de sa grande synthèse métaphysique, La Dialectique de l’éternel présent.
 Présenter la sagesse dans l’œuvre de Louis Lavelle implique ainsi deux volets : le premier est un aperçu historique de la sagesse comme question posée depuis l’Antiquité ; le second est une brève analyse systématique de ce qu’est cette sagesse aux yeux de Lavelle lui-même. Un texte inédit essentiel a déjà été publié sur ce thème aux Éditions Arfuyen , les Règles de la vie quotidienne (« Carnets spirituels », 2004). Traducteur des poèmes de Rachel aux Éditions Arfuyen, mais aussi poète et philosophe, Bernard Grasset publie ces jours-ci un livre qui éclaire lui aussi d’une manière très pénétrante la pensée de Louis Lavelle : Chemins de sagesse (Hermann Philosophie, 2013).
 Bernard Grasset a recueilli tous les textes publiés par Lavelle sur la sagesse et les a présentés selon l’ordre chronologique en trois parties : la première avec des extraits de La présence totale, L’erreur de Narcisse, De l’intimité spirituelle, Conduite à l’égard d’autrui  ; la seconde avec des extraits des chroniques philosophiques. Dans la troisième partie se trouvent des textes publiés de la même famille que les textes explicitement sapientiaux et classés également selon l’ordre chronologique. 
 Bernard Grasset a, d’autre part, recherché les notes manuscrites sur la sagesse, laissées par Lavelle à sa mort et recueillies aujourd’hui à l’Institut de la Mémoire de l’Édition Contemporaine. Ces inédits comportent des extraits du Cahier brun explicitement ou implicitement relatifs à la sagesse et l’ensemble Sagesse.
 Selon Lavelle, la vraie sagesse ne se limite ni à l’idéal grec de mesure, ni à l’idéal cartésien de rationalité, mais s’ouvre à l’expérience intérieure de l’esprit. À une époque où la recherche de la sagesse, trop souvent oubliée par la philosophie, revêt une importance cruciale, vitale même, les textes de Chemins de sagesse ont l’insigne mérite de poser les jalons d’une vie en harmonie avec le monde, autrui et l’absolu.